Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura/France-2/Karsenty: depuis l'arrêt de la Cour d'appel du 21 mai 2008

A. Finkielkraut reconnaît avoir eu du mal à admettre la justesse de la critique envers Enderlin
07/06/2008

J’ai énormément apprécié la franchise de M. Finkielkraut, et l’humilité avec laquelle il a reconnu avoir longtemps occulté la perspective que dévoilaient les enquêtes publiées, tant elles heurtaient, elles étaient déstabilisantes. Un coup de chapeau à ce philosophe et maître à penser qui a le courage de reconnaître qu’il s’est trompé ! (Menahem Macina).

06/06/08

 

Extraits de l’interview du philosophe, par RCJ

 

 

A. Finkielkraut

J’ai mis du temps moi-même à prendre au sérieux la thèse selon laquelle le reportage de Charles Enderlin n’était pas crédible. J’ai, au départ, refusé d’entendre les gens, par exemple de la Ména, ou même Philippe Karsenty, qui avait cette prétention. Car je me disais : Ce fait est terrible. Il est inconfortable pour tous les amis d’Israël et la tendance naturelle de l’être [humain] face à un fait inconfortable, c’est de l’occulter. Or, toute une série de systèmes idéologiques au XXe siècle nous le permettent : on met en doute une réalité en allant regarder derrière. Dans les conflits entre réalité et système, c’est la réalité qui doit céder le pas au système. Je me disais : voilà ce qui est en jeu dans ce reportage. Et puis, peu à peu, j’ai ouvert les yeux, j’ai ouvert les oreilles et j’ai fait donc le même cheminement que les magistrats de la Cour d’appel. Nul ne peut suspecter Laurence Trébucq d’être un agent sioniste, ni d’avoir une rancœur spéciale vis-à-vis de Charles Enderlin. Elle devait avoir, au contraire, au départ, la même suspicion que moi. Et le jugement – qui est très intéressant – aurait dû alerter les journalistes, puisque, dans le jugement, il est dit que l’examen des rushes ne permet plus d’écarter les avis des professionnels entendus au cours de la procédure et qui avaient mis en doute l’authenticité du reportage…

 

RCJ

 

… Le Nouvel Observateur parle d’une décision [judiciaire] inquiétante…

 

A. Finkielkraut

 

C’est plutôt la réaction du Nouvel Observateur qui est inquiétante. Si je comprends, encore une fois, la crainte qui a motivé, au départ, ces signataires – parce qu’il faut se souvenir que Charles Enderlin n’était pas sur place, qu’il a affirmé dans son commentaire du journal de 20h [du 30 septembre 2000] que l’enfant était mort victime des tirs venus de la position militaire israélienne, que son caméraman, sous la foi du serment, a déclaré que l’enfant a été tué intentionnellement et de sang-froid, par l’armée israélienne, qu’il a dû lui-même revenir sur cette affirmation, que celle-ci est violemment contestée et que, d’autre part, les images que Enderlin ne voulait pas montrer, sous prétexte qu’elles étaient insoutenables, eh bien, posent des questions [qui restent] sans réponse : aucune trace de sang n’apparaît sur le T-Shirt du père, alors qu’il affirme plus tard avoir été blessé par au moins huit balles, et on voit l’enfant qui bouge, et qui jette un regard furtif en direction de la caméra. Donc tout cela ne nous dit pas…

 

RCJ

 

Qui bouge après l’annonce de sa mort…

 

A. Finkielkraut

 

Après l’annonce de sa mort…

 

RCJ

 

Il y a des choses qui sont très troublantes, c’est évident…

 

A. Finkielkraut

 

Troublantes. Richard Prasquier a donc raison non de conclure en faveur d’une thèse contre une autre, mais de demander la nomination d’une commission d’experts. Je pense que tout cela est légitime. Et pour le coup, je me dis que l’idéologie est du côté de ceux qui, au départ, ne voulaient pas tomber dans l’idéologie. Ce sont eux qui pensent, en effet, que les sionistes veulent tout faire pour masquer les crimes d’Israël, et qui, sûrs de leur fait – c’est-à-dire de leurs préjugés – se ferment délibérément au débat, refusent de rendre compte de la décision de justice, ce qui est quand même de la part des journalistes une attitude tout à fait singulière. Et c’est révélateur à la fois du préjugé et du corporatisme…

 

[A suivre]

 

 

© RCJ

 

Mis en ligne le 6 juin 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org