Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura / France2 ; des origines (2001) jusqu'au 15 novembre 2007

Al-Dura: Contrairement à la française, la presse arabe honore le droit de savoir de ses lecteurs
04/10/2007

A l’évidence, la presse arabe n’a pas le sentiment d’enfreindre un tabou en évoquant le tour inattendu que vient de prendre l’affaire al-Dura. Sous le titre, "Le père d’al-Dura balaie dédaigneusement la dénégation israélienne du meurtre", le journaliste Mohammed Mar’i, du quotidien Arab News, prouve qu’il respecte ses lecteurs, puisque, tout en sachant que l’opinion publique arabe pourrait ne pas apprécier l’information, il ne se croit pas autorisé à priver les lecteurs de son journal du droit de savoir. On lira, ci-après, ma traduction de cet article - sans commentaire, car elle n’en appelle pas. En effet, il s’agit d’une relation factuelle, sans prise de position en faveur de l’une ou de l’autre partie. On peut seulement regretter qu’aucun militaire israélien n’ait été interrogé, et encore davantage qu’on n’ait pas fait appel aux témoignages du caméraman palestinien, Talal abu-Rahma, et du journaliste franco-israélien, Charles Enderlin, mieux placés que quiconque pour émettre une réaction en cette affaire. Nul doute que cela sera fait prochainement par l’un ou l’autre média, arabe et/ou occidental – Je n’ai pas dit français… Hélas ! (Menahem Macina).

03/10/07

 

Arab News

 

Titre anglais : "Durra’s Father Rebuffs Israeli Denial of Killing".

 

 

Ramallah, Cisjordanie, 3 octobre 2007

 

Un fonctionnaire israélien de haut rang a relancé hier une controverse en formulant l’accusation que le célèbre reportage télévisé sur un enfant palestinien, censé avoir été tué par des tirs israéliens au début de l’Intifada, en 2000, a été mis en scène.

 

Dans les images diffusées par la chaîne publique de télévision France 2, en septembre 2000, on voit Mohammed al-Dura et son père, terrorisés, recroquevillés dans une rue de Gaza, et pris dans un échange de tirs entre des Palestiniens et l’armée israélienne.

 

Ensuite, les images montrent l’enfant al-Dura, 12 ans, gisant sans vie sur le sol, tandis que Charles Enderlin, correspondant de France 2, déclare qu’il a été tué par un tir israélien. Ces images ont soulevé des flots de polémiques dans le monde entier, et sont devenus l’un des plus puissants symboles de l’Intifada palestinienne.

 

Dans un premier temps, l’armée [israélienne] avait endossé la responsabilité de l’incident. Mais, dans une lettre officielle, le directeur du Service de Presse du Gouvernement (GPO), Daniel Seaman, a prétendu qu’al-Dura ne pouvait pas avoir été tué par un tir israélien et que le caméraman de France 2 avait mis en scène l’incident.

 

« Il est impossible que l’enfant ait été atteint par [des tirs] de soldats israéliens. En réalité, il apparaît que les blessures ont été causées par des tirs provenant de la position palestinienne »,

 

écrit Seaman dans sa lettre.

 

« Les allégations israéliennes de prétendus mythes et de mythologie sont à la fois ridicules et irritantes »,

 

réagit Jamal al-Dura [le père]. Et d’ajouter :

 

« Toutes les enquêtes ont prouvé sans l’ombre d’un doute que les balles étaient israéliennes. On a déjà dit que les l’Autorité palestinienne n’utilise pas ce type de munitions. Et le tir provenait du côté israélien. Je me souviens de l’origine de la fusillade – elle provenait du côté israélien, et seulement de leur côté. Si c’étaient les Palestiniens [qui avaient tiré], j’aurais été touché dans le dos. Mais les balles [qui sont entrées] dans mon corps et dans celui de mon fils, venaient d’en face, ce qui prouve qu’elles venaient du poste israélien. »

 

Mohammed Mar’i

 

© Arab News

 

Mis en ligne le 4 octobre 2007, par M. Macina, sur le site upjf.org

 

----------------------

 

 

Original anglais

 

Durra’s Father Rebuffs Israeli Denial of Killing Mohammed Mar’i

 

Arab News

 

RAMALLAH, West Bank, 3 October 2007 — A senior Israeli official revived a controversy yesterday by charging that famed television footage of a Palestinian child allegedly killed by Israeli fire at the outbreak of the intifada in 2000 was staged.

In the images broadcast by France 2 public television in September 2000, Mohammed Durra and his father are seen crouching in fear on a Gaza street, caught in the crossfire between Palestinians and the Israeli army.

The images then show the 12-year-old Durra lying dead on the ground, with France 2 correspondent Charles Enderlin saying he was killed by Israeli fire. The images raised a storm of controversy around the world and became one of the most potent symbols of the Palestinian intifada.

The army had initially accepted responsibility over the incident. But in an official letter, Israeli Government Press Office (GPO) chief Daniel Seaman claimed Durra could not have been shot by Israeli fire and that the France 2 cameraman had staged the incident.

“It is impossible that the child was hit by Israeli troops. The wounds actually show that they were caused by shots that came from the Palestinian direction,” Seaman wrote in the letter.

“The Israeli claims of invented myths and mythology are simultaneously ridiculous and irritating,” said Jamal Durra in response.

“All the inquiries proved without a shadow of a doubt that the bullets were Israeli bullets. It has already been said that the Palestinian Authority didn’t use that type of ammunition,” Durra’s father added.

“And the fire came from the Israeli side. I remember the origin of the gunfire — it was from the Israeli side and only from their side. If it was the Palestinians I would have been hit from the back. But the bullets in my body and that of my son’s came from the front, which proves they came from the Israeli outpost.”