Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Sionisme
Sionisme chrétien - philosémitisme

Le débat évangélique à propos d'Israël, par Jonah Goldberg
09/12/2002

9 Octobre 2002


Traduction française par Menahem Macina, pour reinfo-israel.com.


Comme le nom de Goldberg vous le fera sans doute comprendre, je ne suis pas un expert en théologie chrétienne.

Et contrairement à ce que vous pourriez peut-être déduire du nom de Goldberg, je n'ai pas davantage d'autorité non plus en matière de théologie juive. Aussi, veuillez me pardonner si je ne suis pas pointilleux en matières doctrinale et ecclésiastique. Mais, par ma vie, je ne parviens pas à comprendre pourquoi cela dérange tant de Juifs que tant de chrétiens aiment Israël.

Que je vous explique. Beaucoup de chrétiens évangéliques prennent la Bible à la lettre quand elle dit que les Juifs sont le "peuple élu" de Dieu. Un certain nombre de Juifs le pensent aussi, mais vous seriez étonnés de constater qu'ils sont moins nombreux que vous ne l'imaginiez. Quoi qu'il en soit, parce que les Evangéliques le croient, certains d'entre eux soutiennent Israël, en raison de leur foi - solide comme le roc – selon laquelle Dieu a donné toute la terre de l'Israël biblique à son peuple élu. Ils croient également - et c'est le point le plus délicat - que le Christ ne reviendra pas avant que les Juifs ne récupèrent Israël et que ne se déclenche la bataille finale du temps de la fin.

Selon [l'interprétation] chrétienne de la prophétie biblique, deux tiers des Juifs mourront au cours de la bataille finale d'Armageddon, et le tiers restant se convertira au christianisme en acceptant Jésus, lors de son retour. Ce sera le commencement du règne millénaire du Christ.

"Les juifs meurent ou se convertissent", commentait Gershom Gorenberg dans un programme récent - et passablement partisan – de "60 minutes". "En tant que Juif, je ne puis me sentir à l'aise face à l'affection de quelqu'un qui souhaite ce scénario". Journaliste politique libéral, Gorenberg a écrit un livre, intitulé "La Fin des Temps" *, à propos des Evangéliques qui aiment Israël, et ce dans le but qu'Israël leur tourne le dos.

Il y a pléthore d'objections pragmatiques au soutien des Evangéliques. Elles prennent principalement la forme d'une inquiétude de ce que l'appui des conservateurs chrétiens en Amérique ne renforce les faucons israéliens dans leur refus d'un compromis avec les Palestiniens. C'est un argument parfaitement légitime, bien que je ne le partage pas entièrement. Mais ce n'est pas celui qui focalise le plus l'attention.

Ce qui dérange beaucoup de gens, c'est que les Evangéliques soutiennent Israël pour des raisons religieuses. Et bien sûr, il eût été agréable - dans une perspective juive - que les révélations prévoient une fin plus heureuse pour les Juifs. Pourtant, si l'on est Juif (ce que je suis), pourquoi devrait-on s'inquiéter de la manière dont les Chrétiens interprètent les prophéties, si l'on ne s'attend pas à ce qu'advienne ce qu'ils disent? Et, si cela se produit, et que Jésus revient sur terre pour établir son royaume, qui peut dire que quelques Juifs ne l'écouteront pas? Et s'il s'avère que les juifs ont raison et que le Messie se manifeste dans une première visite, n'est-il pas possible qu'il aie une explication qui convienne à chacun?

Nul ne peut dire que son interprétation biblique liera effectivement les mains de Dieu, en fin de compte, parce que l'homme n'est pas plus puissant que Dieu. En bref, laissons les détails de la fin du monde à Dieu, car c'est lui qui a autorité sur tout.

Mais revenons sur terre un instant. Les religions d'autres peuples disent toutes sortes de choses désagréables au sujet des incroyants, en général, et des Juifs, en particulier; la seule chose qui ait quelque intérêt pour nous, humains, est la manière dont les gens traduisent leur théologie en actes moraux, parce que la moralité est la seule chose dont nous puissions juger objectivement.

Dans le passé, les lectures chrétiennes de la Bible, censées authentiques, ont servi de justification à toutes sortes de choses terribles qu'on a faites aux juifs. Traitez-moi de fou si vous voulez, mais le fait que les Evangéliques croient que la Bible leur commande d'aimer et de respecter les Juifs apparaît comme une victoire énorme pour la tribu, sur le plan historique. Seul un imbécile pourrait leur reprocher : "Oh, vous êtes aimables envers les gens parce que la Bible vous dit de l'être!"

"60 minutes", en raison de sa mission tenace qui consiste à présenter les conservateurs chrétiens comme les artisans de la ruine de la civilisation humaine, dépeignent les Evangéliques qui soutiennent Israël comme des caricatures, incapables de pensée multidimensionnelle. Pour ma part, j'ai discuté avec des dizaines d'Evangéliques, et je n'ai pas reconnu les personnes décrites par "60 minutes".

Oui, les Evangéliques que j'ai entendus croient qu'Israël a une place importante dans le plan de Dieu et que les Juifs sont le peuple élu de Dieu. Mais c'est pour eux une toile de fond, un contexte théologique qui leur permet de voir le malheur des Juifs sous une lumière sympathique. La plupart de ceux que j'entends sont beaucoup plus prompts à parler d'Israël comme d'une démocratie ou d'un allié - que comme d'un déclencheur pour le piège d'Armageddon.

Précisons encore qu'il ne manque pas d'Israéliens pour croire qu'Israël existe parce que Dieu l'a voulu. Ils sont en désaccord avec les Evangéliques uniquement à propos de ce que sont les intentions de Dieu. Et ce débat seul Dieu la tranchera, à son heure.

Jonah Goldberg est rédacteur de revue nationale en ligne

Services de médias de © 2002 Tribune

---------------------

* On lira une brève recension du livre de Gershon Gorenberg, réalisée par Daniel Pipes, en 2001 sous le titre : "Le débat évangélique à propos d'Israël"