Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura / France2 ; des origines (2001) jusqu'au 15 novembre 2007

Affaire Al Doura : première défaite pour la paire Enderlin-France 2, qui ne sera probablement pas la dernière...
01/12/2006

Mis en ligne le 1er décembre 2006Sur le site de Media-Ratings

Le 19 octobre 2006, Media-Ratings a été condamné pour diffamation à l'encontre de France 2 et de Charles Enderlin. Nous avons bien évidemment fait appel de cette décision de justice « étonnante ».

Le 28 novembre 2006, France 2 et Charles Enderlin ont été déboutés de leur plainte en diffamation contre Pierre Lurçat qui était admirablement défendu par David Dassa Le Deist ( dassavocat@yahoo.fr).

Etrangement, cette défaite du service public n'a été mentionnée dans aucun média français alors que notre condamnation avait été largement couverte.

Ce jeudi 30 novembre 2006, le troisième procès intenté par la paire Enderlin – France 2, dans le cadre de l'affaire Al Doura, a eu lieu.


Cette fois-ci, c'est un médecin qui était poursuivi en diffamation pour avoir reproduit sur son site – desinfos.com – une dépêche de la MENA.

Les parties civiles étaient représentées par leur avocat, Bénédicte Amblard, dont les attaques ont été mises en pièces par les réquisitions du procureur et par la remarquable plaidoirie d'Aude Weill-Raynal.

France 2 n'a pas fourni les 27 minutes de rushes qui sont censées prouver la version de la chaîne.

Charles Enderlin n'était pas présent au tribunal alors qu'il était à Paris la veille du procès ( France-Inter à 16h30, RTL à 18h). Il est vrai qu'il prend moins de risques à s'exprimer dans des médias complaisants que dans l'enceinte d'un tribunal…


Les absences de Charles Enderlin et des 27 minutes de rushes ont été regrettées, tant par le Procureur qui a requis la relaxe, que par le conseil du prévenu.

Le jugement sera rendu le 18 janvier 2007.

Compte tenu de la teneur des débats, des réquisitions du Procureur et des plaidoiries des avocats, nul doute que le Tribunal relaxera le directeur de la publication de desinfos.com.