Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura / France2 ; des origines (2001) jusqu'au 15 novembre 2007

Pierre Lurçat condamné pour diffamation - Et pourquoi pas moi ?
26/10/2006

Pierre Lurçat nous adresse le message amer qui suit :

Le tribunal correctionnel de Paris a examiné les plaintes de la chaîne de télévision France 2 et de son correspondant à Jérusalem, Charles Enderlin, qui poursuivaient pour diffamation Pierre Lurçat, ancien président de l'association Liberté, démocratie et judaïsme, dans le cadre de l'affaire al-Dura. Vivant en Israël, M. Lurçat était absent lors de cette audience. (Guysen.Israel.News)
 
Estimant l'infraction constituée, le procureur de la république a requis la condamnation du prévenu. L'avocate des parties civiles a demandé la condamnation de M. Lurçat à verser un euro de dommages et intérêts à ses clients.

Me David Dassa-Ledeist, avocat du prévenu, a sollicité la relaxe de son client en soulignant la faille principale des poursuites : l'absence de preuve identifiant M. Lurçat comme responsable du site Internet www.liguededefensejuive.com, ou comme auteur du communiqué incriminé publié sur ce site et appelant à manifester le 2 octobre 2002 pour remettre le Prix de la désinformation à France 2 et à M. Enderlin. Jugement, le 28 novembre.

Merci a Guysen de s'être déplacé...

Contrairement aux journalistes des "radios juives" parisiennes, qui sont restés au chaud dans leurs bureaux , où ils sont grassement payés avec l'argent du FSJU (la fameuse "collecte pour Israel"...) pour lire, à l'antenne, les dépêches anti-israéliennes de l'AFP.
 
A quand un Prix de la Désinformation pour la fréquence juive parisienne ?

-------------

Pourquoi condamner Pierre Lurçat et épargner ceux qui ont organisé et soutenu la manifestation d'octobre 2002. J'étais de ceux-là. Et, en tant que responsable, à l'époque, du site reinfo-israël.com (devenu plus tard www.upjf.org), j'avais mis en ligne, entre autres textes, l'appel suivant :




France 2 et Enderlin : prix de la désinformation


[Reçu, ce 24 septembre 2002, du Collectif contre la désinformation]

A Tous

Bonne nouvelle les amis

Beate Klarsfeld vient de nous donner son accord pour la participation des "Fils et Filles de déportés" à notre collectif. Egalement, après celui de l'UPJF, nous venons de recevoir l'accord de la Wizo [1].



Le collectif contre la désinformation *

appelle à une manifestation

MERCREDI 2 OCTOBRE 2002, A 19 H 30

DEVANT LE SIEGE DE FRANCE 2


Rue du Professeur Delbarre - 75015 PARIS

RER, bd Victor, Métro Balard, PC Garigliano


- En octobre 2000, Charles Enderlin, journaliste à France 2, a fait parvenir à la chaîne un montage où l'on pouvait voir en direct la mort de Mohamed Al Dura.
- Charles Enderlin n'a jamais assisté à la scène (filmée par un caméraman palestinien), mais il s'est arrogé le droit d'affirmer, devant des millions de téléspectateurs, que les tirs provenaient de militaires israéliens.
- Cette affirmation non vérifiée est non seulement une erreur journalistique, mais une calomnie meurtrière, avec les conséquences que l'on connaît.

- France 2, pour sa part, refuse catégoriquement de diffuser le reportage d'Esther Shapira, journaliste allemande, qui conclut, rapports balistiques à l'appui, que ce sont les Palestiniens qui sont la cause de la mort de Mohamed Al Dura.




  • Au nom de quelle vérité, France 2 a-t-elle écarté les "rushes" du montage, tronquant ainsi l'information ?
  • Au nom de quelle vérité, France 2 s'oppose-t-elle à l'éclaircissement, auprès des téléspectateurs, d'une affaire qui a déchaîné la haine et la terreur ?
  • Pourquoi France 2 refuse-t-elle un débat d'experts ?


Le Collectif contre la désinformation a décidé de faire pression sur France 2 afin que le reportage d'Esther Shapira soit retransmis dans son intégralité.
Le Collectif contre la désinformation est composé de membres provenant de diverses associations, juives et non juives, laïques et religieuses, de droite et de gauche; son but est de rééquilibrer une information devenue un organe de propagande, un véritable poison pour l'esprit, une tromperie criminelle insupportable.

Le collectif a déjà décerné le prix de la désinformation à l'AFP, pour sa couverture mensongère et faussée du conflit israélo-arabe.
Egalement au Nouvel Observateur, pour l'article diffamatoire de Sarah Daniel, accusant les militaires de Tsahal de violer les femmes palestiniennes.
Libération a reçu le Prix, pour les caricatures choquantes et répugnantes de Willem.
Enfin, le journal Le Monde s'est vu récemment décerner le Prix de la désinformation pour l'ensemble de ses dépêches (provenant, pour la plupart, de l'AFP) et sa prédilection à ouvrir ses colonnes aux opposants d'Israël (Mouna Naïm et tant d'autres).

Une presse trop éditorialiste, tendancieuse et méprisante des faits réels et de leur vérification est un véritable danger pour tous.

NOUS AVONS CRU AU NUAGE DE TCHERNOBYL QUI S'ARRÊTAIT A LA FRONTIERE !
ARRETONS DE NOUS LAISSER BERNER !
EXIGEONS DE NOS MEDIAS LA VERITE QUE NOUS MERITONS !


-----------------

* Note sur le Collectif contre la désinformation

Le Collectif Contre la Désinformation rassemble différentes associations culturelles et notamment : ABSI Keren Or; B'nai B'rith; Ligue contre la Désinformation [2]; Ligue de Défense Juive (LDJ); Migdal.

--------------

[1] Dernière minute (1er octobre, 23 h) la Wiso nous signale qu'elle "a signalé qu'elle suivait la position du CRIF dont elle est membre", c'est-à-dire qu'elle s'abstiendra de participer à la manifestation comme le CRIF.

[2] La Ligue internationale contre la désinformation est présidée par Michel Jeffroikin et animée par l'avocat parisien Gilles-William Goldnadel, Avocat à la cour, Président d'Avocats sans Frontières. Président de Droit à la Sécurité (DALS), co-auteur de Une idée certaine de la France, éd. France Empire, 1998 et de nombreux autres articles de presse.

[Source de la note sur le Collectif contre la désinformation : desinfos.com.]