Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes

Si un extraterrestre tombait sur terre, cette nuit, A.M. Dershowitz
28/06/2003

28/06/03

National Post, Canada

Texte aimablement communiqué par Edmond Silber.

Traduction française par Yoram Danan

Texte anglais diffusé sur FrontPage Magazine, le 9 juin 2003, sous le titre "If an Alien Dropped in Tonight".


[Nous nous sommes permis d’introduire quelques légères modifications de traduction et de mise en page. Ndlr d’upjf.org]


Si un visiteur en provenance d’une lointaine galaxie atterrissait dans une université américaine ou canadienne et feuilletait certaines des pétitions diffusées dans les campus, il conclurait que la Terre est une planète paisible, à l’exception d’une seule nation malveillante déterminée à détruire la paix et violer les droits de l’Homme.

Cette nation, ne serait pas l’Iraq, la Libye, la Serbie, la Russie ni l’Iran. Ce serait Israël. Il y a des pétitions qui circulent actuellement dans la plupart des campus universitaires nord-américains et qui demandent aux universités d’arrêter tout investissement dans des compagnies qui font des affaires en ou avec Israël. Il y a aussi des pétitions qui demandent aux membres des facultés de boycotter des scientifiques ou des chercheurs, simplement parce que ce sont des Juifs israéliens, et indépendamment de leurs positions sur le conflit israélo-palestinien.

Des tentatives, parfois fructueuses, ont été faites pour empêcher des orateurs israéliens de parler dans les campus universitaires, comme cela s’est passé récemment à l’Université Concordia [Canada].

Il n’y a pas de pétitions semblables qui demanderaient d’agir contre d’autres pays qui confinent des minorités à l’esclavage, emprisonnent les dissidents, assassinent les opposants politiques et torturent les terroristes présumés. Il n’y a pas non plus d’efforts comparables pour réduire au silence les orateurs d’autres pays.

Le visiteur intergalactique se demanderait ce qu’a bien pu faire cette nation-paria d’Israël pour mériter une telle peine capitale économique. S’il se rendait alors à la bibliothèque et commençait à lire des livres et articles sur cette planète, il découvrirait qu’Israël est une vibrante démocratie, avec liberté de parole, de presse et de religion, et qu’elle est entourée de régimes non démocratiques, dont plusieurs cherchent activement à la détruire.

Il apprendrait :
  • Qu’en Égypte, les homosexuels sont régulièrement emprisonnés et menacés d’exécution.
  • Qu’en Jordanie, les suspects de terrorisme et autres opposants au gouvernement sont torturés, et que lorsque la torture individuelle, ne réussit pas, leurs parents sont convoqués et menacés, eux aussi, de torture.
  • Qu’en Arabie Saoudite, les femmes qui ont des relations sexuelles hors mariage sont décapitées.
  • Qu’en Iraq, les opposants politiques sont régulièrement victimes d’assassinats de masse et qu’aucune dissidence n’est permise.
  • Qu’en Iran, les membres des minorités religieuses, tels les Bahaï et les Juifs, sont emprisonnés et parfois exécutés.
  • Que dans tous les pays qui entourent Israël, du matériau antisémite est souvent diffusé sur des chaînes de radio et de télévision contrôlées par l’Etat.
  • Qu’en Arabie Saoudite, un apartheid est en vigueur à l’égard des non-musulmans, appuyé par une signalisation indiquant que certains lieux sont réservés aux musulmans et d’autres aux non-musulmans.
  • Que la Chine occupe le Tibet depuis un demi-siècle.
  • Que, dans plusieurs pays africains, des femmes sont lapidées à mort pour non-respect des moeurs sexuelles.
  • Que l’esclavage existe encore dans certaines parties du monde et que des génocides ont été perpétrés dans plusieurs pays, ces dernières années.


Notre visiteur curieux se demanderait pourquoi il n’y a pas de pétitions contre ces violations des droits de l’Homme.
  • L’occupation israélienne de la Cisjordanie et de la bande de Gaza (occupation à laquelle Israël a proposé de mettre fin en échange de la paix) serait-elle pire que celle du Tibet par la Chine?
  • Les tactiques utilisées par Israël pour combattre le terrorisme seraient-elles pires que celles des Russes contre les terroristes tchétchènes?
  • Les Etats arabes et musulmans seraient-ils plus démocratiques qu’Israël?
  • Y a-t-il, dans un quelconque Etat arabe ou musulman une institution comparable à la Cour Suprême d’Israël - qui tranche souvent en faveur des requêtes palestiniennes contre l’armée et le gouvernement israéliens ?
  • L’absence de peine de mort, qui n’existe qu’en Israël parmi les nations du Moyen-Orient, rend-elle Israël plus barbare que les pays qui décapitent, pendent et fusillent les dissidents politiques?
  • Les implantations israéliennes - que 78% des Israéliens veulent abandonner en échange de la paix, seraient-elles pires que les tentatives chinoises de génocide culturel au Tibet?
  • La politique d’égalité pour les soldats et les membres du parlement israélien ouvertement homosexuels serait-elle pire que la politique des pays musulmans de persécution des personnes dont l’orientation sexuelle est différente de celle de la majorité?
  • L’engagement d’Israël en faveur de l’égalité des femmes serait-il pire que l’apartheid au modèle de celui qui est appliqué en Arabie Saoudite?


Notre visiteur resterait perplexe devant les excuses des professeurs d’université et des étudiants pour délégitimer Israël, tout en restant silencieux sur des abus bien plus graves commis par les autres pays.

S’il questionnait un étudiant à propos des abus commis par d’autres pays, on lui dirait (comme on me l’a dit): "Vous changez de sujet. Nous parlons d’Israël pour l’instant". Ceci me rappelle un incident des années 20, mettant en cause le président de Harvard d’alors, A. Lawrence Lowell. Lowell décida qu’il fallait réduire le nombre de juifs admis à Harvard parce que "les juifs trichent". Et lorsqu’un ancien élève distingué, le juge Learned Hand, fit remarquer que les protestants trichent aussi, Lowell répondit : "Vous changez de sujet: nous parlons des juifs."

Il n’est donc pas surprenant qu’un écrivain aussi responsable et prudent que Andrew Sullivan, ancien éditeur de The New Republic et actuellement contributeur au New York Times Magazine, ait conclu qu’"un antisémitisme fanatique aussi extrême ou pire que celui de Hitler est maintenant la norme dans la majeure partie du Moyen-Orient et au-delà. C’est le ciment maléfique qui unit Saddam, Arafat, al-Qaeda, le Hezbollah, l’Iran et les Saoudiens. Ils haïssent tous les juifs et veulent les voir détruits".


Ayant appris tous ces faits, notre voyageur intergalactique se demanderait sur quelle sorte de planète il a atterri. Tout y est-il inversé ? Y connaît-on la différence entre le bien et le mal ?
Les universités y enseignent-elles la vérité?

Telles sont les questions que nous devons nous poser si nous ne voulons pas devenir le monde que le visiteur aurait trouvé, à la fin des années 30 et au début des années 40.

Alan M. Dershowitz *

* Alan Dershowitz est Professeur de Droit à Harvard.

© National Post



Mis en ligne le 28 juin 2003 sur le site www.upjf.org