Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes

Finkielkraut, le Sarkozy des intellos, Pascal Bruckner
06/12/2005

Seul, à ma connaissance, parmi les intellectuels d’envergure, à défendre son ami - non sans lucidité à l’égard de ses outrances langagières - Pascal Bruckner est un homme de vérité. Son plaidoyer en faveur des idées de Finkielkraut est tout à son honneur. A diffuser largement. (Menahem Macina).
Texte repris du Nouvel Observateur n° 2143, Semaine du jeudi 1 décembre 2005

 
Qu’il soit bien clair : je ne participerai pas à la curée contre Alain Finkielkraut, qui est à la fois un ami, un frère spirituel et un intellectuel avec qui je partage tant de choses. Je connais son goût du martyre, son appétit pour le scandale, sa volonté d’avoir raison contre tous, son pessimisme à toute épreuve. Il en use ici à satiété. Il mêle dans cet entretien deux sortes de provocations : une qui relève de l’humeur plus que de l’esprit, une autre enfin qui produit un effet de vérité et qui ébranle les dogmatismes. Relisant ses propos dans « Haaretz », je remarque un manque de nuances, voire des affirmations péremptoires que je n’aurais pas contresignées et qui pourraient desservir la cause qu’il entend défendre. Nier ou minimiser la réalité de la discrimination au faciès ou à l’adresse n’est tout simplement pas raisonnable. On dirait parfois que la conversation a été faite sous transes. Mais je n’y vois aucune incitation à la haine raciale, et les excuses qu’il a présentées ensuite le prouvent.

Le tollé que provoque cet entretien, la réaction absolument hystérique des médias montre à quel point il touche juste. Je sens dans ses paroles un homme désespéré qui ne reconnaît plus la France qu’il a aimée et se détourne d’une patrie défigurée. Finkielkraut est notre conscience malheureuse, le prophète qui annonce sans relâche la catastrophe pour en prévenir l’arrivée. J’entends dans ses imprécations une exaspération légitime face au climat de bien-pensance qui écrase notre pays et contribue à son abaissement. Il y a vingt-trois ans, je publiais « le Sanglot de l’homme blanc », où je dénonçais déjà la culpabilisation de l’Occident, accusé de tous les maux de la terre parce que lui et lui seul pratique l’autocritique et le repentir. J’y évoquais déjà, à l’époque, le racisme anti-Blancs dont je demandais qu’il soit dénoncé au même titre que les autres. Je fus, pour cet essai, mis au ban de la gauche pendant des années, y compris dans ce journal. Alain Finkielkraut lui-même jugea le livre, à l’époque, excessif. Je constate qu’il m’a rejoint sur ce point. Je croyais cette vision du monde qui oppose une Europe coupable, forcément coupable, à un Sud toujours innocent et intouchable périmée. Entendre aujourd’hui, en 2005, que la France vit une « fracture coloniale », voire reste une puissance coloniale sur son propre territoire et occupe les banlieues à la manière d’une armée étrangère, laisse pantois. Lire sous la plume d’intellectuels responsables ou de sociologues chevronnés que les « indigènes de la République » continuent à Clichy-sous-Bois ou aux Minguettes le même combat qu’à Diên Biên Phu ou dans les Aurès est d’une niaiserie abyssale. Apprendre qu’un historien reconnu, Olivier Pétré-Grenouilleau, spécialiste de l’esclavage, est aujourd’hui avec son éditeur, Pierre Nora, de Gallimard, menacé, diffamé, poursuivi en justice pour avoir étudié dans un livre récent les trois traites négrières, africaine, arabe et occidentale, relève de moeurs néostaliniennes qu’on croyait révolues. L’impossibilité d’avoir un débat sur l’islam radical, l’immigration, le nationalisme sans être traité de fasciste prouve le degré de confusion mentale où se trouve notre pays ! Si Voltaire vivait aujourd’hui, il serait traîné devant les tribunaux par nos antiracistes intransigeants !

On dirait que toute une partie de l’intelligentsia, dans un masochisme enthousiaste, ne trouve rien de mieux que calomnier la France, la piétiner, l’humilier au moment même où les milliers d’immigrants qui se pressent à nos portes prouvent à quel point elle reste désirable pour tant d’étrangers. Vient un moment où le mensonge n’est plus supportable. Alain Finkielkraut joue, dans le monde intellectuel, le même rôle que Sarkozy dans le monde politique : il est le détonateur, celui qui donne un coup de pied dans la fourmilière des endormis. Je préfère mille fois ses outrances aux radotages du politiquement correct qui font, depuis vingt ans, le jeu du Front national. J’invite tous les esprits libres, quels que soient leurs désaccords par ailleurs, à le soutenir face à la tyrannie de minorités totalitaires porteuses d’un antisémitisme abject et d’une intolérance repeinte aux couleurs du progressisme.


Pascal Bruckner 
© Le Nouvel Observateur
 
[Texte aimablement signalé par Michka]
 
Notre site a mis en ligne, à propos de cette polémique, les documents suivants :
 
"Un ancien responsable de la Communauté juive de Belgique soutient A. Finkielkraut"
"Une initiative bienvenue de soutien à Alain Finkielkraut".
"Remarquable résilience de Finkielkraut : face à Cypel, il assume ses propos".
"L’art de la castration littéraire : Cypel débite Finkielkraut… au hachoir"
"Finkielkraut, un ’raciste antimusulman’? - Demandez au MRAP"
"Finkielkraut dans la fosse aux lions des médias: une triste palinodie extorquée !".
"Quel genre de Français est-ce là ? Interview d’A. Finkielkraut par Haaretz".
 
Mis en ligne le 01 décembre 2005, par M. Macina, sur le site upjf.org