Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes

La situation particulière d'Israël, par Eric Hoffer
01/11/2003

Un article qui n'est pas récent (il date de 1968), mais qui n'a rien perdu de son actualité. J'avais mis l'original anglais en ligne, le 14 avril 2002, espérant que quelqu'un le traduirait. Tout arrive à qui sait attendre : grâce à N. Lipszyc, celles et ceux qui ne lisent pas l'anglais vont pouvoir bénéficier de la substance utile de ce texte bref, simple, mais efficace. Menahem Macina

Introduction du traducteur :

Eric Hoffer était un Américain non-Juif, philosophe et sociologue. Il est né en 1902 et mort en 1983. Il a écrit 9 livres et reçu la Médaille Présidentielle de la Liberté. Son premier livre, The True Believer - Le Vrai Croyant, publié en 1951, est considéré comme un classique.

LA Times

26 mai 1968

Traduction française de Norbert Lipszyc

Original anglais : "Israel's peculiar position".


Les Juifs sont un peuple particulier : ce qui est permis à d'autres nations est interdit aux Juifs. D'autres nations expulsent des milliers, et même des millions de gens, et il n'y a pas de problème de réfugiés. La Russie l'a fait, la Pologne, la Tchécoslovaquie l'ont fait, la Turquie a expulsé un million de Grecs, et l'Algérie un million de Français. L'Indonésie a expulsé, Dieu sait combien de Chinois, et personne ne dit un mot au sujet des réfugiés. Mais dans le cas d'Israël, les Arabes déplacés sont devenus d'éternels réfugiés.

Tout le monde insiste sur le fait qu'Israël doit reprendre tout Arabe. Arnold Toynbee appelle ce déplacement des Arabes une atrocité plus grande que tout ce qu'ont commis les Nazis.

D'autres nations victorieuses sur les champs de bataille dictent les conditions de la paix. Mais quand Israël est vainqueur il doit supplier pour obtenir la paix. Chacun attend des Juifs qu'ils soient les seuls vrais Chrétiens sur terre.

D'autres nations, quand elles sont vaincues, survivent et se rétablissent, mais si Israël était vaincu une seule fois, il serait détruit. Si Nasser avait triomphé, l'été dernier, il aurait effacé Israël de la carte, et personne n'aurait levé le petit doigt pour sauver les Juifs. Aucun engagement pris envers les Juifs par quelque gouvernement que ce soit, dont le nôtre, ne vaut le papier sur lequel il est écrit.

Le monde entier s'indigne quand on meurt au Vietnam, ou quand deux noirs sont exécutés en Rhodésie. Mais quand Hitler massacra les Juifs, personne ne protesta auprès de lui.

Les Suédois, qui sont prêts à rompre leurs relations diplomatiques avec les Etats-Unis à cause de ce que nous faisons au Vietnam, ne bronchèrent pas quand Hitler massacrait les Juifs. Ils envoyèrent à Hitler du minerai de fer de première qualité, des roulements à bille, et assurèrent l'entretien de ses transports ferroviaires de troupes destinés à la Norvège.

Les Juifs sont seuls au monde. Si Israël survit, ce sera uniquement grâce aux efforts des Juifs. Et aux ressources juives.

Pourtant, en ce moment même, Israël est notre seul allié inconditionnel et fiable. Nous pouvons compter sur Israël plus qu'Israël peut compter sur nous. Il suffit seulement d'imaginer ce qui se serait produit, l'été dernier, si les Arabes, avec leurs soutiens russes, avaient gagné la guerre, pour comprendre à quel point la survie d'Israël est vitale pour l'Amérique, pour l'Occident en général.

J'ai une prémonition qui ne me quittera pas : ce qui adviendra d'Israël sera notre sort à tous. Si Israël devait périr, l'holocauste fondrait sur nous.


Eric Hoffer


© Los Angeles Times


Mis en ligne le 01 novembre 2003 sur le site www.upjf.org
Remis en tête de liste, à la demande d'un internaute.